Archives Mensuelles: novembre 2013

Fleur de papier soie pour enfants / flores de papel seda para niños

Par défaut
Fleur de papier soie pour enfants / flores de papel seda para niños

Bonjour à tous! ¡Hola a todos!

Nous sommes dans une belle saison : l’automne! Oui pour moi une fille du Caraïbes, l’automne est synonyme de températures trop fraîches, mais ce n’est pas grave! J’adore les belles couleurs des arbres et des fleurs de cette saison.

Et en parlant de saison, nous venons de parler de la « Fête de Morts » et un des symboles qu’on trouve dans l’autel de morts c’est la Flor de Cempazuchil ( fleur de souci).  Aussi, dans d’autres pays de l’Amérique Latine, comme le Venezuela, on a l’habitude d’offrir le Crisantemo à nos morts.

Et quand on marche sur les trottoirs parisiens dans notre bal d’aller-retour école-maison, on a la chance de croiser les fleuristes et ses belles fleurs. On y trouve une belle variété de fleurs de saison. Voici les photos que mes enfants me demandent à faire et parfois sont eux qui font le cliché :

Donc, je me suis dit que pour renforcer l’apprentissage de la tradition « Dia de Muertos » et aussi pour augmenter le vocabulaire en espagnol pour le thème de l’automne ( c’est donc le thème du mois d’octobre-novembre pour mes élèves d’ Atelier Trazo Libre) il fallait une activité sympa pour les enfants. Cette activité est Les fleurs en papier soie

2013-11-03 17.19.08

Cette activité va permettre :

  • Le travail de la motricité fine
  • La concentration
  • L’initiative

Coté linguistique, je propose à mes enfants décrire la fleur : le pétales, la tige, les feuilles. Les sensations : la texture, le parfum, etc. Et pendant qu’on les fabrique on raconte des histoires:

« sabes mamá cuando fui al bosque con la escuela yo me pinché con l’épine de una flor, ¿cómo se dice « épine » en español? » ( tu sais maman quand je suis allé au bois avec l’école, je me suis piqué pour une épine, comment on dit épine en espagnol?)

Avec mon fils Samuel de 4 ans et demi, on a fait la FLEUR ACCORDÉON :

2013-11-03 17.59.19

Vous avez besoin de :

2013-11-03 17.19.56

  • papier soie de couleurs du choix de vos enfants ( j’ai choisi deux nuances d’orange pour faire rappel au chrysanthème et cempasuchil)
  • ciseaux, règle, crayon à papier, pinces
  • Un chenille vert

Procédure :

  1. Plier les deux feuilles de papier de soie en 4
  2. Tracer un rectangle de 13 x 20 cm et coupez. Pour empêcher que les feuilles bougent, mettez des pinces de chaque coté
  3. Vous aurez 8 rectangles de papier soie. J’ai intercalé une feuille orange foncé avec une feuille orange moyen.
  4. Commencez à faire l’accordéon : d’une face vous pliez environ un centimètre, tournez et pliez dans l’autre face. Continuer jusqu’à avoir un accordéon. Pour rigoler avec votre « peque » vous pouvez faire comme si vous jouez la musique de l’accordéon !2013-11-03 17.23.58
  5. Avec l’accordéon bien plié, placez au milieu la chenille et tournez-la pour fixer la tige. N’oubliez pas d’arrondir les bords !2013-11-03 17.28.52
  6. Maintenant c’est la partie plus délicate qui demande beaucoup d’attention, concentration et dextérité dans les petits mains de vos bambins :  Nous avons deux moitiés de l’accordéon. On commence à travailler la première moitié de la fleur en dépliant les feuilles comme un éventail et ensuite, détacher une par une les feuilles en les montant vers le haut.
  7. Répétez le point 6 pour l’autre moitié et vous avez fini!2013-11-03 17.31.28

Voilà le résultat :

Pour la FLEUR UN CERCLE :

2013-11-05 12.30.17

C’est plus facile. Le même matériel que pour la fleur en accordéon, mais on ajoute un compas et en change la chenille pour les « attaches parisiens »

2013-11-05 12.29.55-1

Procédure :

  1. Plier en 4 vos deux feuilles de papier soie
  2. Ouvrir le compas à 4 cm et tracer un circonférence
  3. Couper le cercle. Mettre de clips ou pince pour que les feuilles ne bougent pas.2013-11-05 12.32.22-1
  4. Avec la pointe du compas ouvrir un petit trou au milieu du cercle et introduire l’attache parisien.
  5. Cette partie c’est la plus amusante pour l’enfant : prenez chaque feuille, la monter et la plier vers le centre avec l’aide de tous les doigts ( la position c’est comme quand on prend une pincée du sel)2013-11-05 12.38.57
  6. Répéter avec toutes les feuilles

Listo! Ça y est!

Avec la FLEUR ACCORDÉON vous pouvez décorer vos vases de la maison ( qui peuvent aussi être faits pour vous et votre bambin!) ou pour décorer le sapin de Noël.

Avec la FLEUR EN CERCLE vous pouvez les faire de différentes tailles et l’utiliser pour décorer vos cadeaux, vos albums scrapbooking ou créer des cartes pour envoyer des petits messages à « las abuelitas » (mamies), comme celui-là.

2013-11-05 12.49.09

Et pour finir l’activité manuelle, montrez à votre « peque bilingue » cette vidéo avec une chanson de l’automne, pour bien intégrer le vocabulaire de l’automne en espagnol.

Profitez toujours de ces moments créatifs et ludiques pour pratiquer votre langue maternelle, l’espagnole, en douceur et sans pression.

Si vous aimez l’article, laissez vos commentaires et ainsi créer un échange d’idées et n’hésitez pas le partager pour créer un réseaux de familles multiculturelles.

Besos de colores / Bisou plein couleur

Publicités

TRADITIONS LATINO-AMERICAINES: MEXIQUE ET LA FÊTE DE MORTS

Par défaut
TRADITIONS LATINO-AMERICAINES: MEXIQUE ET LA FÊTE DE MORTS

Pour initier le premier article du blog Atelier Trazo Libre, j’ai choisi un thème qui me permet d’aborder plusieurs sujets qui sont en harmonie avec la mission de l’atelier :

  • culture de Latino-Amérique,
  • la créativité,
  • stimuler la pratique de la langue minoritaire chez les enfants.

Le thème d’aujourd’hui est : Tradition et fêtes latino-américaines et pour la date, c’est le Mexique qui est à l’honneur. Sa façon de fêter le 2 novembre est déjà un patrimoine culturel : La fête de Morts/ DIA DE MUERTOS.

Parler du DIA DE MUERTOS à mes enfants tombe pile-poil, car il me permet d’introduire un sujet d’ouverture culturelle et répondre à leurs questions fréquents au tour de la mort.

Dans cet article vous allez découvrir un peu comment j’ai vécu cette tradition, comment je l’ai utilisé pour répondre aux questions de mes enfants et les activités créatives et linguistiques qu’on peux faire avec le JOUR DES MORTS.

Mon histoire… 

Ça fait déjà sept ans que j’ai vécu un court séjour à Mexico DF.  La premier année de mon séjour quand je n’avais pas des enfants, pour moi la Fête de Morts et Halloween étaient presque la même chose. Et c’est  il y a 6 ans,  quand mon premier enfant est né là-bas, que  j’ai eu la chance de découvrir la vraie magie du DIA DE MUERTOS ( Jour des Morts).

 

Mon petit Sébastian de 2 mois et moi avons été invités par mon amie et collègue des arts, l’aquarelliste danoise-mexicaine Heidi Andersen, à faire la promenade du Jour des Morts, dans son quartier. Là, si bien j’ai aperçu un mélange des cultures américaines et mexicaines (Halloween évidement) j’ai bien senti le respect, la vénération et la joie pour rendre hommage aux membres décédés des familles de chaque maison qu’on a visité.

Les autels et les décorations étaient remplis des couleurs, de la créativité, de la bonne humeur, de la musique avec un festin abondant pour les visiteurs (vivants et morts) : du chocolat chaud, des fruits, des pains, de l’eau, des boissons de tous les types. Un régal visuel et gustatif.

Hommage au 100 ans de la mort de l'artiste José Guadalupe Posadas

Hommage au 100 ans de la mort de l’artiste José Guadalupe Posadas

Ce que j’ai appris :

Oui, la mort est quelque chose d’effrayante, nous pleurons nos morts mais aussi on se souviendra d’eux pour toujours, alors on leurs rendre hommage dans la joie, car ils vivent dans un autre mode de vie, ils vivent dans notre cœur, alors on célèbre la vie. Voilà, le Jour des Morts est une fête de vie, d’ici et d’au-delà.

Et comme une fan de notre page Facebook, Betty Salas m’a écrit :

La festivité du Dia de Muertos permettra à vos élèves de découvrir une nouvelle façon de voir la mort, nous les mexicains adorons cette fête car elle est pleine de couleurs, d’odeurs, de fleurs et surtout elle est très joviale

Comment expliquer cette tradition et la signification de la mort à nos enfants ?

Tout d’abord,  pour répondre à la question «¿ y por qué la gente se muere ? » (Pourquoi les gens meurent ?) J’ai leur dit qu’il existe plusieurs raisons : vieillesse, maladie ou accidents. Qu’on ne sait jamais quand « La Mort » viendra pour nous, mais qu’on doit profiter de la vie à plénitude : jouer, danser, chanter, apprendre, voyager, travailler, aimer, et faire les choses toujours avec plaisir.

Ensuite, j’ai les ai montré un documentaire sur Youtube pour qu’ils regardent pourquoi Mexique fête cette tradition très ancienne.(voir ici.)

On a aussi assisté au vernissage du Festival Fête des Morts à Paris et ça a été une belle occasion de vivre en personne ce qu’on a vu dans la vidéo et ce qu’on a parlé après l’avoir vue ( les indigènes, leur croyance, les symboles). Ils étaient émerveillés avec : l’autel de morts, la musique,  les têtes des morts, « Las Catrinas », des photos et de peinture.

Enfin, le moment créatif!

Bien imprégnés du thème et de l’émotion de préparer quelques symboles pour rendre hommage à leurs « abuelos y bisabuelas » (papys et grand-mamans) voici ce qu’on a fait :

  • Papel picado » (papier coupé)
  • Têtes des morts en carton et sur cailloux :

Pour faire « Papel Picado » vous avez besoin de : papier soie et ciseaux. Voici l’infographie :

Infographie papel picado

Et voici mes enfants en plein création :

Pour les têtes de morts en carton, vous avez besoin de : assiettes en carton, ciseaux et feutres de tous les couleurs :

  1. Coupez les bords de l’assiette en contournant le centre, sauf une partie du bord au quel vous laissez la forme d’un trapèze.
  2. Dessinez les yeux, trous de nez et dents de la tête de mort avec le feutre noir.
  3. S’amuser en traçant des lignes, figures, fleurs pour décorer tout la tête avec les feutres de couleurs.

Voici les photos :

Pour les têtes de morts en cailloux, rien de plus facile et ludique :

  1. Ramasser des cailloux
  2. Les peindre et décorer avec plein couleurs, cela peut être avec la peinture acrylique, du gouache ou des feutres tout support, pour moi, mes préférés sont POSCA. Vous choisissez ceux que vous préférez.
  3. Donner libre cours à votre imagination.

Voilà nos créations :

Et du côté linguistique?:

Évidement je privilège ma langue maternelle : l’espagnol et c’est un échange français-espagnol  » ¿mamá cómo se dice tête de mort en espagnol? » Pour réaffirmer le vocabulaire, on joue et chante avec cette chanson karaoké très sympa « Los Esqueletos

Conclusion:

Amérique Latine est pleine des traditions, profitons de chaque fête, de la gastronomie et de l’art de chaque pays que la composent pour ouvrir la porte de la diversité culturelle à nos enfants bilingues. Privilégions toujours le côté ludique et créatif pour augmenter en eux, l’intêret du pratiquer l’espagnol

Et pour finir le premier billet du blog d’Atelier Trazo Libre, je vous laisse avec la touche artistique de mes collègues artistes du Mexique et ses belles aquarelles inspirées de l’emblématique Catrina.

Heidi Andersen :

Patricia Gorostiza,

Qui le 22 novembre exposes ses aquarelles à l’Ecole de Médicine à Paris

patricia Gorostiza 5

Je vous remercie pour votre lecture et j’aimerais bien que vous partagez votre avis, pour enrichir cette belle aventure d’éduquer nos enfants bilingues dans une ambiance multiculturelle.

Pour le prochain billet, je vais vous partager l’expérience de Dia de Muertos avec mes élèves de l’atelier.